Pages

mercredi 1 avril 2009

Prochain terrain de jeu... Champ de bataille... Les deux.

Peu de dégagements, m'avaient-ils dit. Je m'en souviens. De la place pour une chaise, une table, en coulisse. A peine.
J'avais pensé, il faudra donc que la plupart des éléments du décor soit déjà sur le plateau. Cachée, arrangée. Au cher décorateur de trouver les astuces. Ou à moi- double casquette oblige- de revoir ma partition, pour que la fluidité - mot sacré- soit au rendez-vous d'un bout à l'autre du bordel. 
Rien qui grince, qui traîne, dans l'espace comme dans le temps, rien qui fasse dire à cette gamine - atterrie par mégarde et hasard dans la salle: "Dieu que c'est pauvre, le théâtre, je suis gênée pour les acteurs... tu as vu entre les deux scènes, là, pendant le noir, se type qui s'est foulé la cheville en ramenant le banc, en déplaçant la table... Et puis ce rideau mal fermé, qui nous laissait apercevoir l'actrice, nerveuse, hors de son personnage, cherchant sa position... Sans parler de la musique (celle de l'avant dernier tableau) qui est tombée 3 longues secondes en retard, laissant la vieille en plan, sa réplique dans la gorge, et le regard débile..."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire